Katarina Mazetti ne se résume pas à ses comédies sur papier rose (très réussies au demeurant !), c'est aussi une suéedoise fière de ses racines qui entreprend de nous emmenerr au coeur de la Suède du 10° siècle et des métissages dont est issu son peuple. 

 

Le viking qui voulait épouser la fille de soie

 

Comme dans une tragédie nous suivons les destins de deux familles : celle de Säbjörn et de ses deux fils, fiers vikings constructeurs de bâteaux sur une île et celle d'un riche marchand de soie de Kiev et de ses deux enfants Radoslav et Milka. Ils vont se croiser, s'aimer, se haïr et même se pardonner avec en toile de fond les us et coutumes des peuples du Nord. 

Le ton du livre ramène aux récits mythologiques ou épiques. Mais avec légèreté et poésie. Les destins s'entremêlent, on s'attache aux personnages, l'arrière plan historique est présent sans excès (je vous conseille la lecture de sa postface et de la descrption de la vie suédoise moderne ! ). Katarina Mazetti y évoque l'esclavage, la tolérance, les croyances, le pardon avec un sens de l'anecdote et du rythme lui permettant de réussir son passage des comédies roses au roman historique. Vivement la suite !