Entendu chroniqué à la radio, encensé sur la blogo, voilà que je tombe nez à nez avec : 

Debout payéC'est un roman social mais c'est avant tout un objet littéraire. Etre debout payé, c'est être vigile. Etre là, surveiller, observer et lutter contre l'ennui ! 
Si je l'avais écrit, j'aurais parlé de mes pieds lourds, de la fatigue et des femmes à cheveux bleus plus ou moins aimables. Heureusement pour vous, Gauz a nettement plus de talent.
Il nous livre un curieux roman où les pensées secrètes d'un vigile révèlent les petits et grands travers de nos sociétés de consommation. Si nous oublions de regarder les hommes en noir, ils ne se privent pas pour observerr nos petits travers. Entre chacun de ces chapitres on suit les histoires des vigiles noirs à différentes époques. La petite histoire rejoint la grande et on observe des points de vue parfois décalés sur des événements qui ont rythmé l'actualité.
Ce court roman est très bien écrit. J'ai regretté parfois de ne pas passer plus de temps avec les principaux protagonistes et de ne pas connaître  leur destin. 

Quelques autres avis  : Antigone, Keisha