logo-mardi-31

 

"Sharko était maladroit, paniquait souvent et avait encore besoin de temps avant de retrouver ses réflexes de père. Mais il voulait bien faire et il y mettait du coeur : Lucie lui pardonnait toujours ses erreurs parfois grossières. "

Un moment de douceur qui ne devrait pas durer au début de Angor de Franck Thilliez. Allez, j'y replonge.

Angor